Nous sommes moins sur la terre que face à elle

Édito de la saison 21-22

"Nous sommes moins sur la terre que face à elle"

Bruno Latour (sociologue, anthropologue et philosophe)

Après cette sidérante saison loin de vous et l’ivresse de nos retrouvailles lors du festival de résistance théâtrale Les Entêté·e·s, nous envisageons avec joie de cheminer à nouveau ensemble au Théâtre du Point du Jour et sur son territoire. L’épreuve de la pandémie, partagée avec des milliards d’êtres humains, nous a toutes et tous bouleversé·e·s.

 

Aujourd’hui, elle exige que nous interrogions notre place de créateur·rice au cœur de la cité et celle de citoyen·ne dans un monde où notre démocratie et nos libertés fondamentales sont mises à mal.

 

Portée par des artistes plus déterminé·e·s que jamais à questionner les conséquences de nos choix d’aujourd’hui sur le monde de demain, cette 3ème saison s’ouvre sur un horizon élargi.

 

Sur scène, à nos côtés, chercheur·euse·s, avocat·e·s, activistes et habitant·e·s s’impliquent dans la lutte contre le réchauffement climatique. Des artistes français·e·s, le collectif allemand Citizen.KANE et la journaliste Julia Lauter, sondent la contradiction entre désirs et nécessité face aux bouleversements climatiques lors du Grand ReporTERRE #4. François Hien écrit à partir de deux extrêmes d’un même phénomène : la montée des eaux avec La Faute - que nous co-mettons en scène - et la fonte des glaciers avec Mort d’une montagne, co-écrit et mis en scène (m.e.s) avec Jérôme Cochet. Trois œuvres qui interrogent nos capacités de résilience collective.

 

En cette année d’élection, des équipes de création investissent le pouvoir politique avec la joyeuse parodie Ubu d’Alfred Jarry m.e.s par Olivier Martin-Salvan, la dystopie Antis de Perrine Gérard m.e.s Julie Guichard qui dessine une société hésitant entre révolte et résignation et Campagne où Sébastien Valignat offre, dans l’entre-deux tour, une analyse de la présidentielle française.

 

Une saison où nos compagnies associées lancent l’alerte : Étienne Gaudillère affronte le pouvoir et les trahisons avec Bradley (Chelsea) Manning dans Conversation privée et Julian Assange dans Pale Blue Dot, une histoire de Wikileaks. Pour le Grand ReporTERRE#5, il s’associe à la journaliste Giulia Foïs autour de cette problématique : faut-il séparer l’homme de l’artiste ? Le collectif Marthe poursuit sa mise en jeu du féminisme d’aujourd’hui en conviant au plateau de grandes figures militantes dans Tiens ta garde et Rembobiner.

 

Milo Rau, figure majeure du théâtre européen, ouvre un parcours autour des artistes-témoins avec Familie où « une vraie famille » reconstitue un fait divers. Puis Sébastien Bravard, acteur-le-soir-enseignant-la-journée, joue Élémentaire m.e.s Clément Poirée. Enfin, Lorraine de Sagazan porte l’Expérience Outrenoire de la saison, avec La vie invisible de Guillaume Poix où Thierry, devenu aveugle, trouble nos perceptions.

 

Et toujours des spectacles parlés et signés, où celles et ceux qui n’entendent pas ne sont pas forcément ceux et celles que l’on croit : Tupp’ de Nasser Djemaï m.e.s par Hervé Dartiguelongue, dresse le parcours de deux femmes prises dans les rouages de multinationales. Alors j’éteins ? de Léa Carton de Grammont m.e.s Alice Vannier, révèle les affres burlesques de primo-militants et Helen K d’Elsa Imbert, invente un langage pour et avec une enfant sourdaveugle.

 

Dans l’esprit de cette saison, avec nos complices, nous serons à la frontière entre réalité politique et fiction : le Festival international Sens Interdits et Space Invaders de la chilienne Nona Fernández, l’Opéra de Lyon et Zylan ne chantera plus, créé par Diana Soh, Yann Verburgh et Richard Brunel, et enfin, avec le Théâtre de l’Elysée et les Subs, un temps fort de créations lors d’un week-end hivernal et festif !

 

Alors, en écho à notre image de saison réalisée par le photojournaliste Romain Étienne, nous espérons, telle cette équipe d’alpinistes, respirer joyeusement à pleins poumons une fois la montagne gravie, et poser un regard neuf sur la terre, sur celles et ceux qui la peuplent.

 

Angélique Clairand & Éric Massé
co-directrice et co-directeur