LE PROJETUN THÉÂTRE “SANS FRONTIÈRES”

Angélique Clairand et Éric Massé Co-directrice.eur du Théâtre du Point du Jour

Cette première saison, nous l’avons d’abord rêvée en Compagnie*, rêvée à partir de ce qui nous fonde, nous émeut, nous révolte, rêvée avec des artistes et des acteurs de la société civile, rêvée en parcourant le territoire de nos imaginaires et celui du 5e arrondissement de Lyon. Le 31 janvier 2019, jour de notre nomination, vertige. Nous voilà en prise avec nos désirs, soudain assaillis de doutes. Dans ce tumulte, une question lancinante : nos rêves peuvent-ils devenir réalité ?

À l’instant, vous lisez ces lignes. C’est donc que ces rêves s’incarnent déjà, nous les partageons ici avec vous et espérons qu’ils deviennent vôtres.

Le Théâtre du Point du Jour : une maison d’utilité publique. Le théâtre que nous souhaitons est un théâtre d’action politique et poétique, un théâtre qui met en récit notre quotidien, nos questionnements, nos fantasmes, nos défaites et nos espoirs. Il est intime et politique. Il est intimement politique.

Pour faire vibrer cette maison de création et interroger les bouleversements sociétaux, nous vous proposons des spectacles qui questionnent notre aujourd’hui, des expériences artistiques qui élargissent notre perception du réel. À partir de cette équation sensible, nous élaborons notre projet. Nous y associons deux jeunes équipes régionales et réjouissantes : le collectif Marthe et la Compagnie Y. Nous imaginons Grand ReporTERRE, temps forts où journalistes et artistes « mettent en pièce » l’actualité et interrogent nos désirs de désobéissance civique. Nous explorons des formes nouvelles avec des artistes émergents comme Maïanne Barthès, le Collectif X ou Judith Bordas et d’autres, confirmés comme Richard Brunel, Stanislas Nordey, Daria Deflorian et Antonio Tagliarini. Le Point du Jour sera pour chacun un terrain de jeu où alterneront plusieurs mois de répétitions, près de 90 représentations et de nombreux évènements conviviaux avec les publics.

Vous découvrirez ces artistes au théâtre – 7, rue des Aqueducs – et dans les 9 quartiers du 5e arrondissement puisqu’un tiers des représentations aura lieu en appartements, lycées, centres sociaux, bars, lieux de culte, espaces patrimoniaux… Ces Nomades feront écho à la diversité des origines culturelles et aux histoires singulières des habitants car comme le souligne Wajdi Mouawad, l’un des auteurs de la saison, la diversité s’écoute autant qu’elle se constate.

C’est à un théâtre sans frontières auquel nous souhaitons vous convier, un théâtre à l’image de notre Métropole européenne, polyglotte et curieuse, un théâtre à l’image du monde. Et cette première saison, les artistes viendront de France, d’Italie, de Syrie, de Colombie, de Suisse, du Sénégal, du Burkina-Faso, du Congo, ils parleront français – ou une langue régionale comme le parlange – espagnol, allemand, wolof, arabe, italien ou encore signeront en langue des signes française (LSF).

Vous êtes toujours avec nous ? Oui clairement puisque vous lisez ces dernières lignes, alors prenez part à ce mouvement de création en pensées et en actes ! Relevons ce défi de faire théâtre ensemble.

*Angélique et Éric ont créé et co-dirigé la compagnie des Lumas. Les Lumas sont des escargots (en parlange – parler poitevin saintongeais de leur enfance) qui transportent leur « maison » sur le dos et évoluent pendant les intempéries. C'est ainsi que dans les théâtres et hors les murs, Angélique et Éric jouent et (se) mettent en scène. Ils s'attachent à des figures à la marge dans lesquelles ils retrouvent une part d’eux-mêmes, puisque, comme l’écrit Yung, l’escargot est la représentation de soi dans les rêves.